Salle des Caryatides

AEV_647 bon AEV_6635 bonEn 1820, les salons du Waux-Hall, que la Révolution française et ses suites avaient légués à la Ville de Bruxelles, furent donnés en location à la société du Concert Noble. Celle-ci décida de la construction d’une nouvelle salle de bal plus spacieuse. Elle sera confiée à Charles Vander Straeten, architecte du roi, maître du néo-classicisme, à qui l’on devra également la Maison communale d’Ixelles, le pavillon du prince d’Orange à Tervuren, le site de la butte du Lion à Braine-l’Alleud, les bâtiments du jardin botanique de Louvain et aussi – surtout – le magnifique Palais des Académies, voisin du Cercle, qui fut construit initialement pour le prince d’Orange.

La Salle des Caryatides, de dimensions imposantes, est un des chefs-d’œuvre de l’architecture bruxelloise néo-classique. Elle est illuminée par une vaste verrière. Deux balcons destinés aux musiciens – l’un d’eux accueillera un grand orgue de concert pendant la 1e moitié du XXe siècle – la dominent, ornés de caryatides sculptées par le célèbre François Rude, auteur de La Marseillaise sur l’Arc de Triomphe de Paris. La salle, décorée de quelques tapisseries anciennes de qualité, est de proportions parfaites ; elle est éclairée, le soir venu, de somptueux lustres en verre de Murano.